Blog

Séance de travail sur la loi numérique avec NKM

Je découvre une femme super accessible, ingénieur, qui a tout capté de la taille de l’enjeu de ‪#‎opendata‬. Elle bosse à fond pour faire bouger les lignes sur la loi Lemaire. Pas si simple car apparement, tous les députés n’ont pas compris les implications gigantesques pour les 5 ans à venir.

Et pourtant c’est simple : si ce n’est pas l’état qui ouvre ses données (qui au passage ont été collectées avec les deniers des électeurs), ce serontdes boîtes privées (genre uber, google…) qui après avoir accaparé les données littéraires, de traffic routier, de l’information… accapareront et monétiseront les données de la santé, de l’emploi, de l’éducation…
Mesdames, Messieurs les députés, n’écoutez pas les lobby des imprimeurs qui vous font peur en disant que ca va détruire des emplois…

La France – vos enfants doivent vivre dans un pays ou les données publiques doivent appartenir au public, pour que soient débloquées toutes les initiatives qui permettront de faire gagner des millions d’économies, des vies humaines.

Des exemples concrets?
– une analyse numérisée du taux de rechute des infections nosocomiales en fonction de la durée de séjour dans les hopitaux permettraient de faire baisser de 10% la durée d’hospitalisation sur les patients qui n’en ont pas besoin, et de 20% le taux de rechute (ça a été fait aux USA grâce à l’open data).
– une analyse statistique des crimes dans les lieux publics permettrait de diminuer de 30% le taux de crime et de re-focaliser les efforts des policiers et des secours sur les endroits qui en ont besoin (mis en place a NY il y a 10 ans).
– l’ouverture des bases de données de Pôle Emploi permettrait de faire corespondre la demande des entreprises avec les compétences des demandeurs d’emploi.. et d’orienter les 33 milliards de crédit formation qui partent en quasi fumée tous les ans dans des formations avec débouchés au lieu de formations bidons sans débouchés.
etc…

Il est en fait beaucoup moins risqué de partager toutes les données avec tout le monde que de laisser une comission étatique décider de ce qui est partageable ou pas. C’est prouvé. Les détournements en fait sont totalement marginaux. Et s’ils sont punis, on règle le problème.

Donc je milite pour un total opendata, avec une charte d’utilisation et un régulateur qui – a posteriori – punissent les abus ou détournements, plutôt qu’une libération au compte goutte.

C’est pour cela que NKM et Axelle Lemaire se battent, ensemble.

Gauche, droite, ce n’est pas le sujet. Le sujet est de moderniser la France. Mesdames Messieurs les députés, donnez leur blanc-sein. Laissez faire la jeunesse. C’est important. Vraiment!

‪#‎StartupExperience‬