Le DRH est-il déjà obsolète ?

L’intelligence artificielle continue de s’infiltrer dans tous les corps de métier.
Architecture, médecine, sport, recrutement, tous les acteurs sont confrontés à cette nouvelle réalité, virtuelle. Mais ces intelligences capables d’anticiper l’avenir, sont-elles bien de ce monde ?

Qui a vu Vera ?

Si vous n’avez pas été interpellé par ce (superbe) jeu de mots, c’est certainement parce que Vera n’a pas eu le temps de jeter un œil chez vous. Vera est un avatar féminin, une I.A, fruit de l’imagination d’une start-up russe (Stafory). Son but : sélectionner, interviewer et recruter les prochains talents de votre entreprise. Sa méthode parait infaillible, Vera ne sélectionne que 10 % des candidats en se basant sur les différents sites d’emplois. Mais ce n’est pas tout, une fois les meilleurs profils sélectionnés, Vera contact les profils et fait passer ses entretiens par Skype.

La solution séduit, en seulement 4 mois, Verra s’attire la sympathie de plus de 300 entreprises. Effet de mode ou tendance de fond ? L’Oréal a tranché. Vera ne verra plus le jour au sein de l’entreprise, car l’approche déshumanisée tue « la relation de confiance » selon Natalia Noguera, responsable de la transformation digitale chez L’Oréal.

L’intelligence artificielle contre la stupidité humaine ?

Ce combat tant attendu n’aura pas lieu. Nous avons déjà remporté la guerre.
L’intelligence artificielle permet de combiner en temps réel de la statistique, du prédictif, mais n’apporte pas de réelles solutions pour créer l’adhésion « consentie » des candidats. L’adhésion devient donc capitale, et certaines entreprises comme GRTGAZ l’ont très bien anticipé. La « Gamificiation » devient le compromis des mondes, capable d’être le tremplin à la performance.

Imaginez un monde où votre recrutement serait en condition réelle. Un monde où « l’entretien » ne serait qu’un jeu, un niveau à atteindre pour accéder au niveau suivant. Troublante similitude entre le jeu vidéo et les tests de recrutement ? Et pourtant, la réalité virtuelle s’invite dans plus en plus de bureaux. Remise à niveau, amélioration des acquis, évaluation en temps réel, le couplage « pratico-ludique » s’inscrit d’ores et déjà, dans la veine des solutions d’avenir.

Et le DRH dans tout ça ?

Le métier change, l’instinct reste. La notion de « d’intelligences émotionnelles » n’a jamais été aussi forte dans les entreprises, la RSE jamais autant présente. L’intelligence artificielle est une corde supplémentaire à l’arc des DRH. Une corde capable de dénicher de nouveaux profils, dans des nouveaux viviers, une corde pour hisser vers le haut la relation humaine.

« Quand de nouveaux canaux apparaissent, c’est que nos liens doivent se renforcer. » – Gojob.