Chercher une missionMon CashSe connecterJe suis une entreprise
Accueil Médias
BTP, industrie... L'intérim en pleine tourmente
Médias

BTP, industrie... L'intérim en pleine tourmente

L'intérim a explosé pendant le confinement : mais les secteurs qui ont surperformé, comme l'agroalimentaire, la logistique, la grande distribution et le médical, n'ont pas suffi à compenser l'effondrement du BTP et de l'industrie, qui représentent 60% des salariés intérimaires. Le secteur vacille, même si tout espoir n'est pas perdu.
12 mai 2020
Challenges
Sommaire
  • Situations très disparates

Article écrit par Anna Rousseau

S'il n'est pas encore possible d'estimer l'ampleur de l'impact du covid-19 sur l'économie française, l'un des meilleurs indicateurs en la matière sera le baromètre des entreprises d'intérim, que l'on attend pour fin mai. 

Depuis la mi-mars, le secteur a été entraîné dans la folle spirale du confinement. "Jusqu'à la mi-mars, nous avions constaté un petit tassement de l'activité, -5% environ, rien de terrible, explique Isabelle Eynaud-Chevalier, déléguée générale de Prism'Emploi, l'organisation qui rassemble 600 enseignes des professionnels du recrutement et de l'intérim et 90% du chiffre d'affaires du secteur. Et puis mi-mars, nous avons commencé à avoir des appels d'entreprises-clientes qui avaient vu brutalement leur activité s'écrouler de 60, 70, 90% et tout a basculé". Première urgence : "Il a fallu protéger nos salariés intérimaires et les faire passer en activité partielle. Certaines entreprises ont fait jouer la force majeure et les avaient renvoyés chez eux sans préavis, sans attestation, sans aucune information sur leur statut. Juste renvoyés". En parallèle, il a fallu aussi protéger les intérimaires en activité, s'assurer que les entreprises qui les employaient prenaient les mesures de protection sanitaires nécessaires.

Situations très disparates

Si quelques secteurs ont continué à fonctionner, parfois en sur-régime, cela n'a pas suffi à rassurer les professionnels de l'intérim. "L'époque est confuse et les situations très disparates, affirme Isabelle Eynaud-Chevalier. Pour une agence locale, en Bretagne par exemple, qui travaille exclusivement pour l'agroalimentaire et la logistique, tout s'est évidemment très bien passé, mais pour les enseignes très généralistes, ou pour celles qui sont positionnées BTP-Industrie, là, c'est la catastrophe". Une certitude : les secteurs qui onttenu le choc face à la crise ne compenseront pas l'effondrement des autres. En effet, le BTP et l'industrie représentent 60% des intérimaires... "Et si le BTP reprend, ce n'est que partiellement, et l'industrie, elle, reste encore largement à l'arrêt". L'avenir est-il complètement bouché? Pas sûr. Pascal Lorne, fondateur de Gojob, une start-up de travail intérimaire en ligne créée en 2015, a vu son chiffre d'affaires s'effondrer de 50% en quelques jours après le 13 mars. Mais l'entrepreneur a recommencé à respirer avec l'explosion du recours à l'intérim dans la logistique et la grande distribution. L'horizon a continué à s'éclairer progressivement et désormais, il en est certain: "On aura récupéré notre chiffre d'affaires d'ici trois mois: dès le mois de mai, l'activité économique va repartir."

L'article est à retrouver ici.

Vous aimerez aussi

Mobilisation Générale pour les Jeunes

Pascal Lorne était l'invité de la matinale LCI pour débattre en plateau sur l'emploi et la mobilisation générale pour les jeunes suite au discours du Président de la République, Emmanuel Macron à Chambord, mercredi 22 juillet.

Comment calculer mon salaire en intérim

Pour calculer son salaire en intérim, il faut prendre en compte certaines rémunérations supplémentaires qui n'existent pas avec les autres contrats de travail.

Les 10 fausses idées reçues sur l’intérim

"Les salaires en intérim sont bas", "on ne trouve que des emplois non qualifiés en intérim". Stop aux préjugés ! Découvrez les 10 fausses idées reçues sur l'intérim.
Découvrir plus d'articles
Devenir recruteur indépendantLa Gojob FoundationGojob recrute