Recruteur

L’intérim pour l’insertion, la réinsertion professionnelle et le travailleur handicapé

La vie d’un salarié n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Il arrive qu’elle soit entravée par des problèmes de santé, d’autonomie, par un licenciement ou par d’autres circonstances entraînant une interruption ou des complications dans la vie professionnelle d’une personne. Confrontées à des difficultés pour trouver un employeur, les personnes défavorisées ou handicapées ont besoin d’être soutenues dans leur intégration sur le marché du travail.

Dans le cadre de leur démarche RSE, de nombreuses entreprises viennent en aide aux profils en difficulté, notamment à travers l’intérim. C’est un canal de recherche d’emploi très avantageux qui permet de valoriser les demandeurs d’emploi en situation d’insertion et de réinsertion ainsi que les travailleurs handicapés. Plusieurs dispositifs facilitent l’accueil de ces catégories de salariés par les entreprises utilisatrices de l’intérim qui est un véritable partenaire de lutte contre l’exclusion sociale des personnes en difficulté.

Comment les entreprises peuvent-elles favoriser les personnes en situation d’insertion, de réinsertion et de handicap par l’intérim ? Éclairage dans cet article.

L’insertion grâce à l’intérim

Afin de venir en aide à toute personne rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle, un dispositif de travail temporaire a été mis en place : l’intérim d’insertion, à travers les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI).

Les ETTI sont conventionnées par l’État et bénéficient d’une aide financière. Elles sont entièrement consacrées à l’employabilité et l’insertion professionnelle des personnes travaillant pour leur compte et veillent à assurer leur intégration sociale. Leur mission dépasse donc le cadre professionnel et vise à lutter contre l’exclusion des personnes en difficulté.

 

En quoi consiste l’insertion par l’intérim ?

 

L’intérim d’insertion ne présente pas de changement organisationnel majeur pour les entreprises utilisatrices comparé à l’intérim traditionnel. Les intérimaires sous contrat de travail avec une ETTI sont considérés comme salariés de l’entreprise et interviennent comme des prestataires auprès des entreprises. L’ETTI accompagne ses intérimaires de la signature du contrat à la réalisation de leurs missions chez ses clients. L’intérimaire peut ainsi mettre en avant ses savoir-faire et développer ses compétences dans des lieux et environnements adaptés, tout en percevant un salaire décent.

 

Quels profils peut-on recruter en intérim d’insertion ?

 

Les entreprises de travail temporaire d’insertion permettent aux entreprises d’accueil de recruter un public confronté à des difficultés sociales et professionnelles. Parmi les profils concernés, on y trouve plusieurs catégories de personnes nécessitant une aide à l’insertion professionnelle. Différents critères sont pris en compte, notamment l’âge, les ressources, ou encore l’autonomie. Parmi ces profils, on y trouve :

  • Les jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté sociale,
  • Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA),
  • Les demandeurs d’emploi de longue durée,
  • Les personnes prises en charge au titre de l’aide sociale.

Inscrit dans une démarche de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), l’intérim d’insertion est donc un dispositif consacré à la lutte contre l’inactivité professionnelle et la précarité des personnes, tous profils confondus, rencontrant des difficultés.

Pour fonctionner, les ETTI ont besoin d’entreprises clientes disposées à recruter les profils qu’ils accompagnent. Elles assurent le bon déroulement des missions réalisées par leurs intérimaires chez leurs clients, qui profitent des avantages de l’intérim tout en participant à leurs enjeux RSE.

Se réinsérer professionnellement en étant intérimaire

En fonction de leur parcours et de circonstances personnelles, certaines personnes peuvent faire face à une situation de réinsertion professionnelle. Suite à un problème de santé, un licenciement, un service militaire ou encore dans une démarche de reconversion, une réinsertion professionnelle peut s’imposer dans de nombreux contextes. Dans un environnement concurrentiel où les CDI sont une denrée rare, la réinsertion professionnelle est une étape parfois difficile à surmonter. La recherche d’un poste ou d’un contrat de formation prend parfois du temps et peut plonger les candidats dans des conditions précaires pour une durée indéterminée. Là aussi, les entreprises peuvent faciliter la réinsertion professionnelle des salariés grâce à l’intérim.

 

La réinsertion professionnelle par l’intérim

 

L’intérim est une méthode de recherche d’emploi qui ne cesse de se populariser et qui s’écarte de plus en plus de l’image précaire dont elle a longtemps fait l’objet, tant auprès des candidats que des entreprises. Aujourd’hui, l’intérim représente pour les candidats un accès à des opportunités supplémentaires pour trouver un poste, quel que soit le niveau d’expérience et de formation du candidat. D’autre part, il permet aux entreprises de bénéficier de profils et compétences multiples dans un cadre de recrutement facilité.

Dans le cas d’une réinsertion professionnelle, l’intérim permet aux demandeurs d’emploi de mettre rapidement fin à leur période d’inactivité grâce à des missions à durées variables. La variété de ces missions permet la découverte de plusieurs fonctions et milieux et donc le développement rapide d’une multitude de compétences, ce qui favorise la réinsertion professionnelle du candidat. Selon les situations, il est possible que le demandeur d’emploi n’ait pas ou peu d’expérience et de formation dans le(s) domaine(s) qu’il convoite. Il convient donc aux entreprises utilisatrices de l’intérim souhaitant favoriser la réinsertion de proposer des missions ne nécessitant pas d’expérience ni de diplôme.

Par le biais de l’intérim, de nombreuses entreprises se tournent vers les demandeurs d’emploi en réinsertion, qui ont beaucoup à apporter tant d’un point de vue professionnel que social. C’est une initiative qui lutte contre l’exclusion sociale et qui soutient leur démarche RSE.

L’intérim pour un travailleur handicapé

Le statut de travailleur handicapé permet aux personnes en situation de handicap de bénéficier des mesures visant à favoriser leur insertion professionnelle.

Selon les réglementations du Code du travail, les entreprises d’au moins 20 salariés sont tenues d’avoir une part de 6% de travailleurs handicapés dans leur effectif. En cas de non-respect de cette obligation, les entreprises concernées sont contraintes de verser une contribution à l’AGEFIPH. Toutefois, malgré les dispositifs en sa faveur, le public handicapé subit un chômage toujours plus important que les personnes non-handicapées. Pour lutter contre ce déséquilibre, l’État a récemment pris de nouvelles mesures en misant sur le travail temporaire pour faciliter l’accès des travailleurs en situation de handicap à l’emploi et défendre leur droit à l’embauche.

En septembre 2018, le gouvernement a signé un plan d’action avec Prism’emploi dont la mission est de favoriser l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés grâce au travail temporaire. À travers les Plans régionaux d’insertion de travailleurs handicapés (PRITH) partout en France, l’intérim est devenu un véritable partenaire de lutte contre l’exclusion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap. De plus, la loi instaure un nouveau cas de recours à l’intérim qui rend l’embauche de travailleurs handicapés plus avantageuse pour les entreprises.

 

Intérim et travailleur handicapé : quels avantages pour les employeurs ?

 

L’instauration d’un cas de recours ne requérant aucune justification pour recruter un intérimaire en situation de handicap facilite considérablement son intégration. De ce fait, il permet aux entreprises de remplir plus facilement leurs obligations légales au regard du pourcentage de travailleurs handicapés dans leur effectif. Ce respect encouragé de la législation s’accompagne donc d’une baisse des potentielles contributions à l’AGEFIPH et ainsi d’une économie financière. Enfin, accueillir du personnel handicapé est positif pour l’image de l’entreprise qui est en mesure de mieux justifier ses efforts en faveur de la RSE.

En conclusion

Entre insertion, réinsertion et situation de handicap, l’intérim est une solution pour de nombreux candidats traversant des situations professionnelles difficiles. C’est donc un canal à privilégier pour les entreprises qui souhaitent recruter des profils de ces catégories professionnelles. En France, l’intérim met à la portée de toute entreprise souhaitant participer à la lutte contre l’exclusion des personnes en difficultés d’agir en faveur de l’insertion, la réinsertion et du travailleur handicapé. En plus de l’image positive et responsable, cet effort d’ordre social s’inscrit dans une démarche RSE, problématique grandissante dans les moyennes et grandes entreprises.

 

Vous souhaitez faire appel à une agence d’intérim ? C’est par ici 👇

Recruter en intérim